En entrevue : le président de GM Canada discute de l’autopartage, de la Chevrolet Bolt et de l’élection du président Trump

Stephen K Carlisle Named To Lead GM Canada

GM a connu une année plutôt excitante entre le rafraîchissement de leur alignement de véhicules utilitaires, l’arrivée de la nouvelle Bolt électrique et la croissance de leur programme de partage de voitures Maven. La perspective d’une année politique mouvementée aux États-Unis suite à l’élection du président Donald Trump a remis en question la législation sur les émissions et la pollution, en plus de pointer du doigt les entreprises américaines ayant investi à l’étranger. Nous avons rencontré M. Steve Carlisle, président de GM Canada, pour savoir ce que l’avenir réserve à la compagnie.

La mobilité est un sujet chaud depuis quelques années. De concept abstrait au début, l’idée a graduellement été clarifiée et est devenue significative. Selon Steve Carlisle : « GM Canada est une compagnie de mobilité ». Si l’activité principale du manufacturier demeure la production de voitures, il élargit cependant ses horizons. C’est notamment le cas avec la création de l’application Maven il y a un an, celle-ci offrant une gamme de services de partage de voitures à l’échelle résidentielle et urbaine. La marque a été lancée avec pour mission de répondre aux besoins d’un nouveau groupe cible qui a besoin d’avoir accès à un véhicule, mais qui ne démontre aucun intérêt pour l’achat.

Maven compte désormais 20 000 membres et est disponible dans douze villes à travers les États-Unis. M. Carlisle a ajouté que les prochaines étapes seront la croissance géographique et l’évolution technologique. Un projet-pilote a d’ailleurs démarré dans la région de Kitchener-Waterloo, en Ontario, et Maven souhaite étendre ses services à d’autres centres urbains. Afin d’y parvenir, l’équipe doit d’abord décider du type de service qui devrait être offert selon la ville; lequel de leur produit serait le mieux adapté aux besoins?

Il a cité la ville de Toronto en exemple où le service Maven City serait le point de départ idéal puisqu’il offre un service similaire à celui des compétiteurs tel que Car2Go, un concept avec lequel le public est déjà familier, mais dans un format technologiquement plus évolué. Bien que GM soit considéré comme un géant de l’automobile, l’évolution de Maven doit plutôt être traitée comme une entreprise qui démarre. L’équipe est encore au stade d’apprentissage et doit constamment s’informer sur les particularités du nouveau marché qu’elle intègre.

Maven

Pour ce qui en est de l’évolution technologique, la nouvelle Bolt semble être la clé. Grâce aux technologies déjà offertes comme la connectivité sans fil via le service OnStar 4G LTE et les applications Apple CarPlay et Android Auto, la flotte de véhicules GM est déjà un bon exemple de la personnification même de la notion de technologie, permettant aux membres de réserver, déverrouiller et même démarrer les véhicules à distance à l’aide de leur téléphone intelligent. L’arrivée de la Chevrolet Bolt sur le marché va représenter un nouveau départ à plusieurs niveaux puisque non seulement offrira-t-elle une flotte de véhicules zéro-émission pour les différents paliers d’activité de Maven, mais elle pourrait également proposer un service de partage de véhicules à conduite autonome.

En effet, M. Carlisle a confirmé que des Chevrolet Bolt équipées de lidars (soit de radars qui captent aussi la lumière, un système déjà répandu sur les véhicules autonomes) parcourent actuellement les rues de San Francisco et de Phoenix afin de mettre à l’épreuve la technologie de conduite autonome de GM. L’état du Michigan s’est récemment ajouté au programme. Comme il le dit si bien : la technologie existe, il ne reste qu’à adapter les lois.

Lorsqu’interrogé sur la présidence de Donald Trump, M. Carlisle a montré peu d’inquiétude. L’intention de M. Trump de changer les lois entourant les émissions et la pollution, en plus de vouloir potentiellement pénaliser les manufacturiers qui ont des usines de production installées au Mexique, ce qui inclut GM, est pour l’instant considérée comme un impondérable. Il ajoute que nous devrons attendre au 20 janvier (date de l’investiture) pour savoir quelles actions concrètes seront prises. Toujours selon M. Carlisle, une élection ne changera pas la science derrière les changements climatiques et elle ne changera pas non plus le désir des consommateurs d’avoir accès à des véhicules à faibles ou à zéro émission.

2017 Chevrolet Bolt

Il a souligné l’augmentation des ventes de la Chevrolet Volt, mentionnant : « malgré les coûts plus bas reliés à l’essence, les ventes de la Volt ont doublé, presque triplé », en plus d’ajouter que la refonte récente de modèles comme le Chevrolet Traverse et la Chevrolet Malibu a permis d’alléger le poids et, du même coup, d’offrir une économie d’essence améliorée. Les lois ne sont qu’une partie de l’équation : les consommateurs en font aussi partie et les consommateurs veulent plus de technologie et une meilleure économie d’essence.

Pour ce qui est de la menace d’une taxe considérable pour les véhicules assemblés au Mexique et les enjeux entourant l’ALÉNA, M. Carlisle s’est montré plutôt optimiste : « le gouvernement a démontré une volonté de discuter de la situation, ce qui est un bon début ». Il ne peut cependant pas spéculer sur les résultats puisqu’on ne sait pas encore quelles seront les premières décisions du président lorsqu’il entrera à la Maison-Blanche. Il a toutefois mentionné que la compagnie est prête à anticiper de potentiels changements à l’accord puisque leur chaîne d’approvisionnement s’est développée en fonction de l’ALÉNA, et ce, depuis 1994. Pour l’instant, il dit que nous devrons attendre de voir quelle tournure prendront les évènements après le 20 janvier.

La prochaine année tout aussi intéressante pour le géant américain, entre la croissance et l’expansion de Maven dans d’autres villes et d’autres pays, la première année complète de la Chevrolet Bolt sur nos routes, la mise à l’essai de leur technologie de conduite autonome, sans oublier le changement de gouvernance et potentiellement de législation aux États-Unis et au Canada.

Et pour ceux d’entre vous qui se posaient la question, GM avait parfaitement calculé et prévu de couper l’herbe sous le pied de Tesla avec le lancement de leur véhicule électrique abordable à haute autonomie, la Bolt, précédant le lancement de la Model 3. L’histoire ne dit pas encore combien de dépôts de 1 000 $ seront remboursés…

Partager
The following two tabs change content below.
Sabrina Giacomini

Sabrina Giacomini

Sabrina loves cars and hates writing bios.