Mazda Rallye d’hiver 2017: 5 raisons de choisir la MX-5 RF

Mazda Rallye d'hiver 2017

Mazda Canada a drôlement choisi pour son 4e rallye annuel: le mois de mars, le Nord de l’Ontario (qui ne sait pas que le printemps est arrivé) et la Mazda MX-5 RF. Votre duo d’AutoTrader a attaché sa tuque, abaissé le toit et… relevé le défi.

Mille kilomètres de routes tortueuses dans Muskoka, l’une des plus belles régions du Canada; sept épreuves réparties sur trois jours; une Mère Nature qui promet de la neige et des matinées à -13˚C…

… tout ça au volant de la Mazda MX-5 RF 2017 tout juste débarquée chez les concessionnaires du pays.

Étrange choix, direz-vous? Certes, mais l’équipe d’AutoTrader (composée de notre rédacteur Jacob Black et de votre soussignée) ne pouvait manquer ça. D’autant que les trois positions de podium allaient rapporter 14 000$ à des organismes de charité.*

Vous savez quoi? Aucun autre véhicule que ce roadster encore nommé Miata par les intimes (ou les plus vieux…) n’aurait été plus… ok: nous n’irons pas jusqu’à dire «adapté» aux chemins de gravier et chaussées glacées. Mais nous dirons certainement: étonnement propice à l’aventure hivernale.

Vous n’êtes pas convaincus? Voici cinq raisons qui nous ont persuadés.

#1 Le toit RF – pour ne pas trop ReFroidir

Mazda Rallye d'hiver 2017

À tout seigneur tout honneur, débutons avec le toit rigide rétractable, celui-là même qui explique la désignation RF (pour Retractable Fastback). Autant l’item, apparu pour la première fois à la génération précédente de la MX-5, brisait le charme de la silhouette avec son design «mauvaise bulle»…

… autant cette fois, c’est réussi: lorsque remonté, ledit toit se fond superbement, aux lignes du bolide deux places, lui donnant une allure presque exotique.

Lorsque électriquement abaissé en 12 secondes de ballet mécanique impressionnant, ce toit laisse en place des empiècements à la Targa qui continuent d’accorder belle gueule à la voiture. Surtout, lorsqu’ils sont jumelés à un déflecteur transparent fixé entre les occupants, ils assurent un habitacle à l’abri du souffle, aussi nordique soit-il.

Mazda Rallye d'hiver 2017

Et ce toit, nous l’avons maintenu dans son enclave tout au long des trois jours de rallye. Pour profiter des timides rayons du soleil bien sûr, mais aussi parce qu’on s’assurait alors d’une vision quasi-parfaite pour repérer des indices. Même ceux hauts à l’horizon telles les murales impressionnistes extérieures de la petite municipalité de Huntsville, par exemple.

Vrai que pareilles oeillères de carrosserie handicapent les angles morts et retranchent un peu du sentiment de liberté inhérent aux décapotables «totales». Mais c’est le prix à payer pour être belle (et chaude…) hiver comme été: même à vélocité d’autoroute et par un mercure qui persistait sous les -10˚C, il nous a suffi d’enfoncer les commandes du chauffage, la tuque sur nos oreilles et nos corps dans les sièges chauffants.

#2 Les sièges – parce que l’important se trouve… sous les fesses

Mazda Rallye d'hiver 2017

Voilà qui nous amène à notre deuxième raison: pour survivre à trois jours et 1000 kilomètres à deux dans un habitacle de Mazda MX-5, il faut que les sièges en soient confortables. Et ils le sont – du moins, ceux en cuir Nappa que notre version GT, avec son groupe d’options Grand Sport, exhibait.

La firme de sondage J.D. Power vous le dira, l’important se trouve… sous les fesses. Son enquête 2016 sur la satisfaction de la clientèle révèle que ceux et celles qui se disent entièrement satisfaits de leur fauteuil automobile entendent demeurer fidèles à la marque dans une forte proportion: deux fois sur trois.

DCIM100GOPRO

Et justement, quelles sont les voitures dont les sièges ont été les plus appréciés, dixit l’enquête? Vous l’aurez deviné: pour les voitures compactes, la grande championne est nulle autre que la Mazda MX-5 2017.

Et nous entérinons: nos baquets, nous les avons trouvés enveloppants, de bon maintien, de bon positionnement, chauffants à point, avec haut-parleurs intégrés dans les appuie-tête… Bref, jamais nos popotins ne se sont plaints et jamais nos dos n’ont réclamé un rendez-vous chez le chiropraticien.

Sauf que pour se procurer pareils sièges, il faut être prêt à assumer la MX-5 dans sa plus coûteuse version (GT) et avec option: à 48 000$, c’est 14 000$ de plus que la variante de base à toit souple. Remarquez, l’excellente finition intérieure et la qualité des matériaux employés le valent.

#3 Pour la conduite, voyons!

Mazda Rallye d'hiver 2017

Mine de rien, avec ses 51 kilos (soit 5%) additionnels versus la «Miata» à toit souple, celle à toit rigide gagne au change, surtout lorsque nantie de la boîte manuelle: sa répartition de poids avant/arrière est parfaite.

Absolument: parfaite. Comme dans 50%-50%.

Du coup, la conduite vive de la MX-5 RF à propulsion (secondée par un différentiel à glissement limité, Dieu merci!) est non seulement préservée, elle est d’une stabilité à presque toute épreuve, même à grande vitesse. Et merci aux éléments suspenseurs qui penchent davantage du côté sport que celui du confort, la balade est athlétique. Les méchants cahots ont beau secouer la caisse? Le châssis garde sa contenance.

De fait, la tenue de route est si solidement accrochée au bitume (quand bitume il y a…) que même lors d’un virage amorcé un peu (oh, si peu…) trop vitement, la voiture s’est replacée au-delà des attentes de sa conductrice . Et au-delà des prières du passager, vous dira le co-équipier.

Ajoutez à cela une direction bien sentie, avec juste assez de résistance pour nous mettre en plein contrôle, sans pour autant nous avoir en train de constamment nous battre…

… de même que l’une des meilleures boîtes manuelles encore en service, avec six courts rapports qui se passent souplement, laissant le pied droit s’amuser à moduler les 155 chevaux, qui sont d’une belle flexibilité à défaut d’être dithyrambiques…

… et voilà pourquoi, de toute l’écurie Mazda, et même sans traction intégrale aucune, c’est la MX-5 RF qui faisait le plus de sensation pour ce rallye.

#4 Parce qu’aussi frugale qu’une hybride

Mazda Rallye d'hiver 2017

Qui dit rallye, dit vitesse. Course folle. Accélérations endiablées. Freinage à la Brembo. Virage au frein à main (parce que – yé! – la MX-5 n’est toujours pas passée au frein électronique).

Mais voilà: le quatre cylindres de 2,0L de la MX-5 a l’avantage de la philosophie SkyActiv. Et Mazda Canada aurait été fou de ne pas en profiter. C’est pourquoi l’une des épreuves imposées en a été une de frugalité d’essence.

Ce fut l’occasion idéale de lever le pied et d’admirer le paysage quasi-lunaire du parc Algonquin. Notre consommation flirtait jusqu’à présent avec le 8,0L/100km? De (moins) s’exciter le poil des jambes à 80km/h et à 90 km/h nous a fait passer sous les 6L/100km.

Mais… nous n’avons pas remporté la mise. Car deux équipes concurrentes, au risque d’engranger des pénalités de retardataires, ont choisi de confier leur destinée au régulateur de vitesse, qu’elles ont fixé à 70km/h. Après une centaine de kilomètres par monts et par vaux dans le parc provincial, elles ont été déclarées championnes avec du 4,8L/100km.

C’est la quasi-consommation d’une hybride, ça. Ajoutez que Mazda soit le seul constructeur au Canada à proposer la garantie à kilométrage illimité et vous avez là des raisons toutes rationnelles de «rallyer» en MX-5.

#5 Certainement pas pour le cargo…

Mazda Rallye d'hiver 2017

Qu’on abaisse le toit ou pas, la Mazda MX-5 RF n’a pas grand coffre: 130 litres, ça n’a pas suffit pour contenir nos deux valises et l’une d’elle a dû vivre le retour sur les genoux du passager. Les rangements intérieurs sont tout aussi minimalistes et s’il y a deux prises USB, la plateforme sous console n’accepte qu’un cellulaire.

Donc, on ne choisit pas la Mazda MX-5 pour son cargo. Cela dit, ces inconvénients sont hautement compensés en rallye parce que le bolide attire les regards admirateurs. Et qu’alors, tous les locaux veulent vous en parler. «Nice Toy!», s’est exclamé un conducteur de (vieux) Kia Sportage à Port Carling. «Thumbs up!» a signifié un passant déambulant en bordure de la rivière Madawaska.

À chaque fois, nous en avons profité pour soutirer quelques informations. Ce panneau, vous l’avez vu quelque part? Cette partie d’inscription, elle vous dit quelque chose? Et ce bâtiment, où se trouve-t-il?

Autant de précieuses réponses colligées qui nous ont permis, nous les Rookies du Mazda Rally, de monter sur la 3e marche du podium.

* Une 3e position et 1000$ pour le cancer

Mazda Rallye d'hiver 2017

Les trois premiers rallyes Mazda (Utah/Colorado en 2013, Tennessee et Caroline du Nord en 2014, Colombie-Britannique en 2015) ont permis de verser 41 000$ à des oeuvres de charité.

Le Rallye 2017, quant à lui, verra Mazda Canada verser 14 000$ à différents organismes d’aide, dont 1000$ à la Société canadienne du Cancer, l’association parrainée par AutoTrader.ca.

Partager
The following two tabs change content below.
Nadine Filion

Nadine Filion

Journaliste depuis 25 ans (!) et trois fois récipiendaire du Grand Prix de Journalisme Automobile du Canada, Nadine Filion tourne sa plume vers le futur: les technologies d'avant-garde, la voiture autonome, le «car-hacking»... Bref, la sécurité sous tous ses angles. En attendant la voiture Zéro Accident, Nadine se spécialise dans les conseils d'achat: quoi choisir, comment l'acheter, les «ah ben j'aurais donc dû» à éviter...